Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 09:51

IMG_0955.JPGPhoto Catherine Giuli

Bernard Pras est né en 1952, à Roumazières, en Charente dans un magasin de jouets. Il va passer quelques années de son enfance chez ses grands-parents maternels. L'univers étonnant de leur épicerie et son bric-à-brac développera chez le futur artiste une sensibilité particulière aux objets.


Il commence à peindre à l'âge de 8 ans et ne cessera jamais. Il passera 6 mois dans une école de mécanique. En 1970, il entre en première année aux beaux-arts de Poitiers, puis Toulouse en 2ème année. En 1974, Bernard Pras obtient le prix de peinture de la Ville de Toulouse sur le thème de la poissonnière. Après trois années de professorat, il continue à peindre, tout en travaillant comme tireur de gravures. Suivent plusieurs années où l'artiste alterne entre galères et réussites. Bernard Pras invente alors, en 1989, un nouveau procédé de gravure qu'il appellera I' « aquagravure ». En 1990, il s'installe à Montreuil avec sa compagne et artiste Yveline, présente dans sa vie depuis 1985. Ensemble, ils créent l'Atelier Papou, en 1992. Un jour, il récupère trois sacs de vieux jouets en plastiques que jetait une amie et commence à faire des sculptures anthropomorphes. Elles seront exposées en 1995 à Arcueil. Les réactions du public (enfants et adultes) qui considèrent ces œuvres comme des jouets ou des maquettes que l'on peut manipuler, l'obligent à trouver la distance juste où le spectateur doit se trouver face à l'objet. Lui vient alors l'idée de photographier ses sculptures en plastique sur des fonds peints. Poursuivant sa recherche, il décide de créer des liens plus étroits entre le fond peint et la sculpture, et introduit progressivement des phénomènes optiques.
Dans le quatrième inventaire qu'il réalise, Bernard Pras utilise uniquement des objets pour représenter le portrait d'Yveline. Il trouve ici définitivement son vocabulaire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Catherine Giuli - dans Art contemporain
commenter cet article

commentaires